2. mars, 2022

Texte

Le fisc confond les revenus professionnels en revenus divers. Notamment pour les journalistes.

Le fisc considère que si un journal, un quotidien ou une autre voie de presse impose à un journaliste le régime des revenus en droit d'auteur, le tour est joué, le journaliste, le pigiste doit plier. C'est déjà ignorer que le cotnribuable a le droit de choisir la voie la moins imposée, que ce contrat de vente de droit d'auteur est illégal. En effet, il recouvre deux choses; l'achat de l'oeuvre et le droit de son exploitation, soit des revenus professionnels et des revenus divers. Aïe, voilà que les choses se compliquent. Pourtant de nombreux écrivains ont vendu leurs oeuvres et le fisc a bien taxé leurs héritiers sur la légation des droits d'exploitations ou droits d'auteur des dites oeuvres. C'est la m.... En sus, si le fisc requalifie les revenus, il doit le faire pour les charges sinon c'est une perception d'indu, un vol par fonctionnaire interposé. Ouille, pauvre fonctionnaire comment va-t-il s'en tirer? C'est la Belgique! c'est surréaliste. 

En conclusion, vous voyez, un contribuable bien conseillé n'est plus une proie, mais un citoyen qui a des droits (et pas d'auteur) (j'entends le ouf des fonctionnaires).